17 mars 2014

Une parole c'est une parole.

Pour les impromptus littéraires de la semaine. Le texte devait débuter par les premières phrases du Voyage au bout de la nuit.

Ça a débuté comme ça. Moi j’avais jamais rien dit. Rien. 
Pendant tous ces longs mois, pendant toutes ces années, même, je l’avais fermée, à double tour, j’avais fait le dos rond plutôt trois fois qu’une, j’avais attendu, puis,  espéré que ça passe mais jamais, jamais ça n’était jamais passé, ça n’avait jamais cessé… Pas une seule minute de répis, pas le moindre petit repos possible, pas la moindre période sans… Dieu sait que ça n’avait pas été facile de regarder tout ça se dérouler sous mes yeux, là juste devant moi, sans rien dire, Dieu sait qu’il m’en avait fallu de la résistance, mais j’avais tenu. Pas une fois, pas une seule putain de minuscule petite fois je n’avais risqué une phrase ou posé un mot, pas une syllabe et il m’en a fallu de la constance pour garder le silence, j’aime mieux vous le dire. Ça n’a pas été facile, ah ça non… Mille fois j’ai eu l’occasion, l’envie, la volonté de l’ouvrir et puis j’ai, à chaque fois réussi à continuer sur le chemin choisi. On ne se refait pas, j’avais donné ma parole de ne rien dire, je m’y suis tenu. Avec rigueur, avec une détermination sans faille, sans le moindre relâchement, sans le plus riquiqui des laisser aller. Mais ça m’avait coûté ! Combien de fois m’étais-je dit : mais mon pauvre c’en est trop, cette fois tu ne peux pas rester là silencieux comme un bloc de marbre, ouvre là vas-y fonce, hurle, crie, dis le, parle enfin, envoie tout ça à la face du monde tu en seras soulagé, allégé. Tu seras comme un homme neuf et puis rien. Une parole, c’est une parole.
Oh... J’ai bien senti que plusieurs fois certains proches me suggéraient vaguement d’enfin l’ouvrir, c’était logique, c’était légitime, ils en avaient le droit ils voulaient savoir. Ils voulaient prendre leur part. D’une certaine manière, ils voulaient partager toute cette fange avec nous, être ainsi plus proches encore. Hé bien non, là aussi, je n’ai rien lâché. Une parole c’est une parole.
Certains sont allés jusqu'à me proposer de l'argent et, parfois, je le dis sans vergogne, ce furent des sommes rondelettes que j'ai refusées. C'était mal me connaître, je suis du genre à ne pas savoir vendre un bouquet de tulipes en Avril, alors quelques misérables secrets, tu penses bien que je me fais fort de les garder...

Et vous mêmes, vous mêmes, je vous sens bien, là, en train de se demander : Mais tu crois qu’à la fin il va nous le dire ce qu’il doit taire ? Tu penses qu’il va nous mettre dans la confidence, qu’il va lâcher le morceau? J'espère qu'il ne va pas nous laisser sans savoir.
Alors, je préfère vous le dire de suite : Si j’ai fait serment de me taire, voilà des mois que je le tiens, ça n’est pas pour tout abandonner ni ici, ni maintenant, ni à vous. Désolé, mais, j’ai jamais rien dit. Rien. 
Il n’est pas question que ça débute...


14 commentaires:

Laurence a dit…

Un vrai vachard ton héros !!! Et bien puisque c'est comme ça, moi aussi je la ferme et je ne lui dirai rien, il ne saura rien ... JAMAIS !!!!!!!

Chri a dit…

@ Laurence Bien fait pour lui!

Tilia a dit…

Ce gars-là, c'est le genre Picsou. Il a donné sa parole d'argent et il préfère thésauriser son silence jusqu'à en crever, plutôt que de lâcher un micron de son précieux trésor !

odile b. a dit…

Ah ! les taiseux...
Quand ils se mettent à causer d'eux, y'a pas à les arrêter : ils font tout ce qu'ils peuvent pour brouiller les pistes... ils en rajoutent en tentant, une fois encore, de jouer les cabochards et les cachotiers.
Mais, faut pas m'en faire accroire...
moi, j'ai zyeuté par le petit trou dans le mur et...
je sais TOUT... (mais... j'dirai RIEN ! )

Chri a dit…

@ Tilia Une parole c'est une parole :-)

@ Odile Ne disez rien, surtout!

M a dit…

C'est pour pas dire (donc !):-)
Amusant comme la curiosité s'en trouve attisée, d'un coup !

Brigitte a dit…

Une parole donnée ne se reprend pas !!! Moi non plus, je n'ai jamais rien dit et ça continue ,mais par contre je me sens bien avec .
Bonne fin de semaine

Chri a dit…

@ M Ben... oui, par le fait!

@ Brigitte Bravo de ne rien dire!

Anonyme a dit…

Ben oui mais comme on s'en fout, hein... Marie

chri a dit…

@ Marie Tu dis ça parce que tu es en colère!

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS a dit…

Bel exercice littéraire. Pourtant, sur les pas de Céline, c'est pas du facile !

Bravo

Roger

chri a dit…

@ Roger Mon voyage ne dure que quelques secondes!

Veronique a dit…

J'ai pas dit grand chose ces derniers temps sur vos histoires Chri.. Je sais !
Amusant que je revienne justement aujourd' hui...
J'aurais aimé vous en dire plus,je m'en tiens donc au minimum !

Non, non .. Ne dites rien !

chri a dit…

@ Véronique C'est trop.

Publications les plus consultées