26 avril 2017

Madame.

Madame,
autant l'écrire de suite : du temps de votre père, j’étais favorable à l’interdiction pure et simple du parti qu'il a créé. A cause de la violence qu'on sentait en eux deux, (J'entends encore, entre autres, le: Rouquin! Pédé je vais te faire courir, moi!) à cause de son absence totale de finesse et de dentelle, à cause de ses calculs douteux (trois millions de chômeurs, trois millions d'immigrés) et donc de ses appels à l’exclusion, à cause de l'idée de rejet, à cause de cette idée de préférence exercée sur la nationalité, l’origine, la religion, enfin à cause des gens qui le faisait vivre et de toutes ces peurs qu’il avait agrégé, dont il se servait, sur lesquelles il prospérait. 
Il vaut mieux que ce soit  l’intelligence qui unisse plutôt que la peur.
Aujourd’hui, pour la deuxième fois en quinze ans ce que vous représentez devient un choix. Inutile de vous décrire le mal que ça fait. Il y a quinze ans, j’avais marché le dimanche 5 Mai avec les millions d’autres, puis voté contre votre père. Le lendemain le président élu avec ma voix m’adressait un joli doigt d’honneur en faisant comme si de rien n’était. Les veilles d’élection, comme une arthrose se réveille les jours de pluie, j’en ai encore les genoux qui se serrent...
Quinze ans après nous y revoilà, rebelote. Vous, sa fille, redevenez un choix possible. Enfin, matériellement possible. Alors, oui, vous avez repeint la boutique, certes, en regardant vite, la vitrine est devenue un peu moins rebutante, oui, la moquette a changé, mais, dedans vous y vendez les mêmes salades avariées. Si, vite fait, vous avez endossé des blouses propres, dans l’arrière boutique, ce sont les mêmes types assez peu recommandables qui s’activent. Tout en haines recuites, en autoritarismes rigides et en violences larvées. C'est presque pire parce que, désormais, vous grognez fardée. Pimpante ou presque, il ne faut pas non plus  exagérer, tournant le dos à une bibliothèque, lissée en apparence et toujours aussi sombre au fond.
Alors, ce n’est pas la peine de faire les yeux doux, ce n’est pas la peine de vous transformer, d’un coup, en pom pom gauchiste, vous qui êtes de tout sauf du peuple, il est inutile de vous mettre ce mot plein la bouche, on n'a pas besoin de parler mal pour vouloir le singer (Il parle mieux que ça, le peuple) puisque  vous n’en ferez jamais partie.
Mais politiquement, moralement, intellectuellement, épidermiquement,  JAMAIS, vous n’aurez, jamais ni mon accord, ni mon soutien,ni ma voix.

J’ai deux petits enfants et l’idée qu’avec mon vote, ils puissent grandir dans un pays qui se replie, qui se rabougrit, qui ferme ses portes, ses fenêtres et ses volets, qui n’accueille pas l’autre, qui le rejette...  Dans un pays qui, selon votre logique imbécile préfère un mauvais film français à un magnifique film japonais, qui préfère  Franck Lapersonne à Golshifteh Farahani, et pas seulement parceque son prénom est impossible à écrire, qui préfère son cousin à son voisin étranger, même si son cousin est un fieffé crétin, bref, dans un pays dont vous, et vos amis de l’arrière boutique, seriez aux commandes est insupportable.
Et puis, il faudrait quand même que dans le pays, les choses changent vraiment, pas le changement de maintenant, non, un vrai, de fond, parce que  je ne voudrais pas que mes petits enfants, qui arrivent, aient, dans quinze ans, à voter contre votre nièce...



12 commentaires:

Pastelle a dit…

Rien à ajouter. Parfait...

chri a dit…

@ Pastelle Merci à vous.

Anonyme a dit…

Hé oui, le doigt d'honneur de la dernière fois, il risque de se payer cette fois-ci par un abstentionnisme massif. D'autant que ce n'est pas Chirac, tout Chirac qu'il soit, qui est en face cette fois, mais un foutriquet suffisant dont le comportement, dans une classe de 4ème, lui vaudrait un mot dans le carnet.
Marie.

chri a dit…

@ Marie Pas mieux. Et si ça continue comme ça, que rien ne change dans dix ans on devra voter conte la nièce...

M a dit…

Abstentionnisme, blanchisme, nullisme sans compter ceux qui ont le populisme chevillé et qui n'hésiteront pas... J'ai la faiblesse de penser que les législatives peuvent encore parler, mais bon...

chri a dit…

@ M Parler oui, sans doute mais pourquoi dire, aussi? Si la chambre devenait mariniste... le bazard!

Jean Jacques a dit…

aussi clair que délicat

J'aime

Merci
:-)

chri a dit…

@ Jean Jacques A vous, merci.

M a dit…

Je pensais plus équilibré et plus au boulot, mais je dois arrêter de rêver....

chri a dit…

@ M oui, on peut le souhaiter...

Brigitte a dit…

Oui 15 ans après rebelote Pfttt !!!
Et moi aussi j'ai des petits enfants 6 au total ...
Bon week-end , ça caille par chez moi et il pleut

chri a dit…

@ Brigitte Bravo (pour vos petits!) et merci de vos voeux.

Publications les plus consultées