17 janvier 2013

Vivement les T.


                        Une tarte Tatin pour la Tata Trottinette, une tourte au thon pour le Tonton Tambourin, aussi trompettiste à ses heures et pour toi, Tintin ? Une tartine, un tourin, une tartiflette, une tartelette et trois topettes ? Tout à leurs tentations les trois touristes tourangeaux, sans  tintamarre, tournaient et retournaient la carte du troquet des Tarterêts tout en tentant de taire leurs tristesses telluriques. 
L’atrabilaire tapisseur de plateaux, tahitien de Toulon traîna des talons pas tacticien pour deux thunes en tançant de son accent pointu : Fini l’tafia, a pus d’tatin, terminées les tourtes, tari le thon, à l’est le thé, tombées les tartines, troué le tourin, tuée la tarti flette, tôlées les tartelettes, toutes bues les topettes !
Tant pis, mais détestable et troublant ! Quittons ce ghetto, cette cantine trop tarte, ce restau ne vaut pas tripette ! Allez la troupe en route, mettez turbans et tuniques fêtons les catherinette, on trouvera à se sustenter de tartelettes de tapioca, de tourins de truffes ou de tubéreuses aux tuileries même à un tarif prohibitif  dirent-ils à tue tête au loufiat. Nec mergitur. Ils partirent en train turbo vers la capitale, trouvèrent une taverne tranquille sans attente et tentèrent, oubliant Nanterre : Un turbot trapu pour la tante, un tajine de tortue pour Tonton, une truite pour le petit ? En aparté: Le tout sans turista?
A la table d’à côté, d’étroits tourtereaux tapant dans leur tontine, sur leur trente et un verdis, un trouvère et une troubadour d'Oradour, en manque de tréteaux, ex trotskistes trouble fêtes devant des tourtières ténues. Lui trapéziste traqueur, timonier de Trieste, tricheur, tremblant. Elle, traumatisée du trocart trompettiste à toute heure, folle de troènes, de trembles, de tubas et tromblons, la trogne assez tristounette, l’âme au tapis. Ils tergiversaient, assez terre à terre sur les turpitudes du statut d’intérimaires ou la tectonique du télescopage des contrats transitoires et leurs taxations. Elle tatillonne, toquée de tocantes,  lui, style taurillon, torrent tumultueux, obsédé textuel. Elle tautologique, sa favorite: "Toi t'es toi..." lui, tellement tautologue, se taisant. Les deux se plaignant des taudis, où ils jouaient, des tatamis où ils tempêtaient, des tatanes qu’ils portaient, des tartuffes qui les tannaient. Les taciturnes taillables à merci, songeaient à changer de théâtre : La tabletterie ? Titilleurs de tarots? Tabulateurs de tentacules ? Tabaculteurs même anti-tabac ? Allègres porteurs d'autos à Porto allègre? Torpilles torpides chez torpédo ? Tondeurs de torses à Torcello ? Touaregs topless à Tombouctou ? Titien à sa mémère ? Tintoret de lumière ? A trop se détourner de la Touraine, à trop se tortiller et se torturer, les théâtreux s’attrapèrent un torticolis total et tarabiscotant. Leurs têtes touffues en totems dans la touffeur moite, ils sentirent l’entourloupe et tournoyèrent comme des toupies tourbillonnantes. Atteindre les steppes ou la toundra, faire fi des tournedos, des bavettes,  des tourteaux et des tempêtes, quitter le boulevard des tartignoles et tracer la route. Foin des tragédies, sans se trahir, sans se trancher la trachée, sans se retrancher dans la tranchée. Attraper son traîneau et se tailler, tresser sa trace jusqu’en Thrace s’il le faut. Rétablir la trame, rectifier les trajectoires, retracer le T. Alors? Se terrer dans une hutte en Tanzanie, une tente troglodyte à Tournus ? Se taire aux waters? Plégique au Grand Tétras? Se tester à la Teste? Théoriser à Taormina? Tricoter des tiretaines? Tisaner au Togo? Tocsiner en taxi? Gîter sur un tombolo sans tombola? Se vanter au Ventoux?  Tiens, tiens j’ai trouvé, dit l'un : habiter un château hanté, récolter du lapsang souchong, passer nos étés à  nous toucher les tétons, à nous sustenter sous des taies étoilées, bref à s’attabler entre potes et tutti quanti. Tema, la vie souhaitée! Sur le trottoir, tous tétanisés par la terreur et leur tri postural, ils optèrent pour la ténacité et sur le pré quittèrent la cité.
Tata, Tonton, Tintin à proximité les entendant, tarabustés : Attendez ! Attendez ! On se tire ailleurs sous d’autres éthers.
Et tous s’exécutèrent sans compter.
Moralité: Y en a pas, même feutrée. Santé!
… Mais pas des pieds !

20 commentaires:

Brigitte a dit…

Comment te dire, c'est très très bien, tiens !!!
Tout ce texte pour te dire que le T me plaît bien .
A plus

Chri a dit…

@ Brigitte Certains en ont compté 543 dans ce texte... 543! C'est dingo, non?

Tilia a dit…

S'il existe une lettre qui représente parfaitement le Midi provençal, c'est bien le T.
Celui de Té ! je te l'avais bien dit ! (avé l'acent) :)

Chri a dit…

@ Tilia Peuchère! T elle a bien bien raison!

Anonyme a dit…

Ma revendication a été entendue ?! Que de T dans ce texte entêtant!

Chri a dit…

Marie Rennard a dit:

En gros, tu te tâtes ?

Chri a dit…

@ Marie Rennard (Melting pot et vin blanc doux)

En gros... oui.

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS a dit…

Et là, je te tire mon château.
Non peau...mon chapeau.

Roger

Chri a dit…

@ Roger Merci mais remets le vite avec le froid qu'il fait!!!

Brigitte a dit…

Tous tes T m'étonnes et me donnent le tournis.Tu t'es vraiment trituré la tête pour trouver autant de mots .
Comment dis-tu ... 543, Tsst tsst t'es sûr?
Bises toutes enneigées

véronique a dit…

quel difficile exercice Christian .. je suis certaine que vous n'en avez oublié aucun ! j'avoue ne pas avoir vérifié !

Slevtar a dit…

Très fort, très très fort, et en plus ça fait sens. Je ne sais pas ce que tu avais bu avant, mais si c'en était, il ne doit pas être dans le commerce.

Chri a dit…

@ Slev C'est celui sans T que je trouve plus balèze, enfin plus difficile à écrire!
@ Véronique Ne vérifiez pas, il en manque, plein!

clo a dit…

Un beau tandem vos deux textes vous etes talentueux..avec ou sans T vous tirez bien les ficelles de notre belle langue..je porte un toast a votre talent...santé , trinquons si ça vous tente , bien sur..:)
Bonne soirée a vous Mr Chri..

Chri a dit…

@ Clo: Trinquons!

*Terre indienne* a dit…

Rien de tel qu'un détournement de consigne! Bravo pour l'hymne au t.
Mais votre écriture de vos lundis où nous retrouvions la semaine écoulée me manque.

Chri a dit…

@ Terre indienne: Merci à vous... L'envie de ne pas lasser donc je fais, j'arrête et puis j'y reviens... Peut-être...

Brigitte a dit…

Reviens-y reviens-y ,j'aimais bien moi t-aussi !!!

M a dit…

Doléances : Il est loin encore l'été ! Vous allez nous laisser dans la froidure longtemps ? Pour dire que vous me manquez gravement et que je pense ne pas être la seule à en souffir... Je subodore quelque contrariété contrariante (je ne vais pas utiliser le pluriel hein...). Quoi qu'il en soi, hier je suis tombée en face d'un souriant 99000 !!!

Chri a dit…

@ M Disons que c'est l'hiver qui me contrarie...
Oui j'ai vu! Bientôt cent mille!

Publications les plus consultées