23 juin 2013

Fin de semaine. 48 ème.

Cette semaine j'ai lu, entre autres ces trois phrases, elles m'ont, chacune à leur manière dit quelque chose:

La main de l'ange a des ongles noirs à force de nous déterrer des gravats de nos projets.
J'attends d'un poème qu'il me tranche la gorge et me ressuscite.
Le temps d'une vie est le temps d'un sourire de nouveau-né: c'est bref et ça ne s'éteint plus.
Je ne vous dis pas encore qui les a écrites. 

Cette semaine, je l'ai passée en partie en compagnie de mes quatre merveilles que j'ai! Les deux p'tites et les deux grandes. Ça comble!

Cette semaine comme j'ai eu du temps devant moi à ne pas faire grand chose à part d'avoir l'oeil, j'ai lu deux livres enthousiasmants: Quelques pas dans les pas d'un ange de David Mac Neil qui est le fils de Marc Chagall et chanteur à beaux textes et belle voix. Il a écrit, par exemple:

Jolies passantes de Passy
Je me demande souvent si
Dans le plaisir qu´on dit charnel
Vous gardez vos tailleurs Chanel
Jolies passantes de Passy
J´aperçois quand, dans vos taxis,
Vous partez pour quelque cocktail
Sur une épaule, une bretelle

J´envie vos dentelles
Le matin quand elles
Vous entourent de leurs
Lacis
Sans parler des pailles
De vos Martini Dry
De vos glaces aux papayes
Aussi

Il a écrit ça, également chanté par Clerc Julien:
Fais-moi une place
Au fond d´ ta bulle
Et si j´ t´agace
Si j´suis trop nul
Je deviendrai
Tout pâle, tout muet, tout p´tit
Pour que tu m´oublies

Fais-moi une place
Au fond d´ ton cœur
Pour que j´ t´embrasse
Lorsque tu pleures
Je deviendrai
Tout fou, tout clown, gentil
Pour qu´ tu souries

Ou bien ça qui est sans doute plus connu:

Mélissa métisse d'Ibiza
Vit toujours dévêtue
Dites jamais que je vous ai dit ça
Ou Mélissa me tue
Le matin derrière ses canisses
Lors qu'elle est moitié nue
Sur les murs devant chez Mélissa
Y'a tout plein d'inconnus


Son  livre qui est plein d'anecdotes concernant des artistes connus, (de vrais personnages, Picasso, Matisse, pas  de Nabis là...) commence par deux phrases qui en disent une péniche:
Ce livre est court, beaucoup trop court. Il raconte les rares moments que j'ai pu passer avec celui que tout le monde appelait Maître et que moi j'appelais simplement "papa"...




L'autre livre lu cette semaine est: Ebauche d'un portrait de Jean-Luc Lagarce. Un livre comme un feuilleton. Celui de la vie, la création, la maladie, la lutte, le courage, la cohabitation avec les mots, l'écriture. Magnifique livre que j'aimerais voir joué. (Il n'y a pas d'erreurs d'orthographe, Lagarce étant un auteur de théâtre).



Cette semaine, j'ai entendu une jolie chanson chantée par Coralie Clément: Ça valait la peine.


En plus d'être une talentueuse, et disons le, jolie jeune fille, Coralie est la soeur de Benjamin Biolay. Les chats ne font pas des casseroles. Et puis j'ai été tellement d'accord avec elle sur le fait que malgré tout, cela en valait la peine. Toute la peine...

Je n'osais pas te le dire
Encore moins te l'écrire
J'attendais le moment
opportun, important.
Je ne savais pas comment faire
Oh ! Mon dieu quel enfer
Et par où commencer
C'est la timidité.
Je ne savais rien de la vie
Ni de la dernière pluie
Près d'un petit ruisseau
De la vie en duo.
Oui mais j'ai du me résoudre
A faire parler la poudre
A passer le turbo
Un soir au bord de l'eau
Ça valait la peine,
C'est sûr
Ça en valait la peine,
Ça valait la peine,
C'est sûr... 

Cette semaine, la maison vide s'est emplie puis elle s'est vidée. Hé bien je préfère, et de loin, quand elle est pleine! Peu après qu'elle soit vide, dans le silence qui a envahi, j'ai eu le désir violent d'une "bonne" cigarette. Je ne serais donc pas guéri?
Cette semaine, j'ai reçu ma place pour Youn Sun Nah le 4 Aout à Gordes...
Cette semaine, nous nous sommes, pour la première fois de l'année, trempés là: Et c'était bon. Frais, mais bon. L'apéritif qui a suivi lui aussi l'était...


Bref, une semaine désormais comme les autres puisque vécue, terminée, racontée, et donc partagée.

17 commentaires:

M a dit…

Il me plait assez de penser que nous sommes tous des assassins blancs comme neige à nous salir les ongles à déblayer nos propres gravats...
Je suis moins radicale (mais qui suis-je ? !) Je préfère de loin y perdre le souffle pour mieux respirer après un poème !
Quant au temps de la vie, nos merveilles nous en parlent si bien... et en effacent les peines.
La voix de David... Elle me peint de vibrants tableaux au cœur.
Cette semaine, qu'elle a donc été belle ! Merci de ce beau partage Monsieur.

Chri a dit…

@ M Merci à toi d'avoir su le recevoir.

Chri a dit…

@M PS Oui c'est lui. Blanc comme neige!!!

Anonyme a dit…

Ai mis ma petite robe de fête pour venir chercher mon cadeau : je sais, je l'ai lu jusqu'à ... plus soif. J'ai gagné quoi ? :))

ps : je connais des fils de frère de sœur de qui sont plus casseroles que barbecue...:)

Heureuse de vous imaginer heureux parmi vos proches. Aux grands départs, si vraiment... Tentez la E-Cig, ça fonctionne, promis.
Bonne Nuit Chri
Lou

véronique a dit…

" se souvenir des belles choses " ...

Chri a dit…

@ Lou Ce n'est pas pour minimiser votre sagacité mais la petite musique de ses phrases se reconnait entre mille... Il n'y avait rien à gagner...
L'E cig? Késako? Bonne semaine à vous.

@ Véronique Oui, s'en souvenir, bien!

Anonyme a dit…

mais alors t'es déjà en vacances ?
Marie

Chri a dit…

@ Marie Ben non pazencore... Ce sera pour le... 9 juillet...

Anonyme a dit…

...Lire la vôtre, de musique, est déjà un magnifique cadeau.
Lou

Chri a dit…

@ Lou: .........................................................................!

*Terre indienne* a dit…

Il y'a de la rumba dans l'air...... la la la la la lère...... après avoir lu les commentaires........

J'aime bien vos semaines terminées, racontées et surtout, partagées!

Chri a dit…

@ Terre indienne: Elle même?

Y a d'la rumba dans l'air
Le smoking de travers
J'te suis pas dans cett' galèr'
Ta vie tu peux pas la r'fair'
Tu cherch's des morceaux d'hier péper's
Dans des gravats d'avant guerr'
L'Casino c'est qu'un tas d'pierr's
Ta vie tu peux pas la r'fair'

Branche un peu tes écouteurs par ici
La mer est déjà repartie
Le vieux casino démoli, c'est fini
Péper' t'aurais pas comme un' vieille nostalgie
De guili guili Bugatti
Des oh ! la la la des soirées d'gala Riviera

Fermés les yeux des grand's fill's bleu marin's
Tout's alanguies pour nuits de Chine
Sur banquette de molesquine des Limousin's
Ecoutez l'histoire entre Trouville et Dinard
D'un long baiser fini, c'est trop tard
Les mains sur l'satin caress' du petit matin .. .
Chagrin

*Terre indienne* a dit…

Je ne connaissais pas les paroles de la chanson, mais le début "y'a d'la rumba dans l'air, le costume de travers", et la musique qui se balance comme un slow, les échanges de mots entre vous et L.. bref, un p'tit air comment dire, comment dire?

Chri a dit…

@ Terre indienne: Oui, comment dire? Si vous saviez, ça m'éclairerait!

*Terre indienne* a dit…

Ben,
un p'tit air,
d'amour dans l'air,
difficile en commentaire ouvert, on en reparlera, en buvant un verre. Oui, bon, pas très fut fut mes vers.

Chri a dit…

@ Terreindienne
C'est amusant que vous écriviez ça!
Lou et moi ne nous connaissons pas pour de vrai! Nous sommes "pays" (du même village) comme on dit.
Enfin surtout moi!

Chri a dit…

@ Terre indienne Oui, faites signe si vous venez par ici!

Publications les plus consultées