22 décembre 2013

Comptes de Noël.

A la demande de Véronique...

Quelque part dans le comté de Winifred, en plein coeur du Montana au matin du 23 de Décembre, on s’apprêtait, ici, à faire comme sur  la terre toute  entière : Fêter Noël.
Quand il a appris la nouvelle dans le seul bar de la ville, John Smith a craché par terre en maugréant.
Pour tous ou la plupart c'était une grande nouvelle. Pas pour lui.
Il n’avait aucune expérience en la matière mais il a senti de grands dangers s’amener avec elle. Il a perçu comme s’il était un radar super puissant toutes les merdes possible à venir. Comme s’il avait reçu un message d’on ne sait où en même temps que la nouvelle et qu’à partir de cette instant il avait toutes les raisons de se méfier de ce qui pourrait leur arriver. Il savait qu’à partir de cet instant sa vie et celle de ses proches risquait de basculer dans quelque chose que plus personne ne pourrait maîtriser. Il savait que tout ce qui faisait leurs joies, leurs plaisirs et même leur bonheur fragile mais réel risquait d’être malmené, perturbé, profondément bouleversé. Il le sentait. Il ne savait pas pourquoi, mais il le sentait.
Il a traversé la rue, il est monté dans son engin rouillé et il est allé là où il allait toujours quand il avait une décision importante à prendre.
Sur le sommet de la colline de l’Ouest. Il a arrêté son engin au bord de la falaise qui dominait la ville et il est sorti. Il en avait encore dans la boite à gants.
Il s’en est roulé une, bien épaisse. C’était revenu vite bien qu’il ait arrêté de fumer depuis  quelques années déjà. Mais là, l’occasion était trop extraordinaire qu’elle méritait bien ça. Il était  resté à réfléchir une bonne heure quand son portable a sonné. Un de ses trois  fils l’appelait. Il savait, lui aussi. Il était comme possédé.
Justement, j’allais t’appeler. On se retrouve à vingt heures à la maison. Appelle tes deux frères, je veux qu’ils soient là. 
Et il avait coupé court.
Son fils l’avait trouvé un peu étrange mais il avait mis ça sur les épaules de la nouvelle. Tu te rends compte un truc pareil ça doit bien chambouler. En même temps, il savait que son père n'était pas ce qu'on appelait un grand bavard.
John avait lui retrouvé tout son calme. Sa décision était prise. Il savait enfin ce qu’il avait à faire et il allait tout simplement le faire et leur annoncer ce soir avant le repas qu’ils prendraient ensemble. Une fois qu’il avait décidé, tout s’était apaisé, tout était comme rentré dans l’ordre. Il a attendu que le soleil se couche, il a enfoncé un cd de vieilles ballades et il a tourné la clé. Et c’est un homme serein, le bras à la portière qui, le soir venant, a dévalé la colline laissant derrière lui un nuage épais de poussière  soulevée.
Arrivé à la ferme, il disait la maison, il est venu embrasser Rose qui s’était déjà mise au travail pour le repas du soir. Les grands mangeront avec nous lui a-t-il simplement dit. Veux –tu que j’aille dans la réserve ?
Non, j’avais vu large.
Rose, il faut que je te parle.
Rose n’aimait pas trop quand il avait ce ton, John n’était pas ce qu’on appelle un homme léger mais elle faisait avec depuis tant d’années.
Ils se sont assis dans la cuisine, il lui a ouvert à elle aussi une bière et il lui a raconté ce qui était arrivé. Il lui a dit quelle décision il comptait prendre et il lui a demandé comment elle voyait les choses. Après un temps de réflexion, plus court que le sien, Rose en plus de toutes les autres avait également cette qualité, elle avait ajouté :
Comme toi, je les vois comme toi, comme souvent...
Alors tout est bien.
Le soir, les trois fils sont arrivés à peu près au même moment. Tout le monde s’est installé autour de la table et John a parlé :
Comme vous l’avez sans doute appris, aujourd’hui votre mère et moi avons gagné vingt six millions de dollars à la loterie, mais voilà ce que nous allons faire, votre mère et moi. On va rembourser toutes nos dettes et vous allez rembourser toutes les vôtres. Nous sommes heureux ensemble sans cet argent, n'est-ce-pas? Que pourrait-on acheter, qu'y aurait-il de si précieux que nous ne l'ayons déjà? Que nous manque-t-il pour être heureux? Rien. Alors, quand nous aurons payé ce qu'on doit, le reste nous le donnerons à un institut de recherche contre le cancer... 
Ne cherchez pas à nous faire changer d’avis, nous ne le ferons pas.
Les trois se sont regardés et c’est le plus jeune qui a parlé :
Mais pourquoi croyez-vous qu’on voudrait vous faire changer d’avis ?

             C'est ainsi que dans la salle à manger d'une ferme de Winifred au plein milieu du Montana une famille unie a partagé, ce soir là, un des plus joyeux repas qu’ils aient jamais pris ensemble et ils n’ont plus jamais, en dehors de ce soir là, reparlé entre eux, de cette histoire de billet gagnant mais tous les quatre  disaient souvent: Quand on a tout, on n'a pas besoin d'autre chose... 


22 commentaires:

Laurence a dit…

Ah ! Qui ne s'est pas demandé ce qu'il ferait s'il gagnait une super cagnotte qui suffirait à le faire vivre pendant plusieurs vies ? La tienne est une excellente idée. Mais cet argent, je ne suis pas sûre qu'il suffise à acheter les bonnes idées qui permettraient de faire avancer les connaissances sur les maladies. Car de l'argent, la recherche en a malgré tout (et je crois que je sais de quoi je parle étant mariée à un chercheur), mais des bonnes idées et surtout des idées qu'on ne va pas faire mourir dans l'oeuf parce qu'elles sont trop révolutionnaires et dérangent un système de "patriarches" bien pensants, ce n'est pas gagné.

Merci pour ce joli conte de Noël, il me plait d'y croire malgré tout :)

véronique a dit…

Merci Chriscot ! merci ..
on n'arrête pas une tradition comme çà.

La générosité existe encore parait il ! être juste certain que les dons reçus vont bien là où il faut, certains scandales malheureusement nous assurent du contraire .. mais bon.

Rêvons un peu, c'est Noël !

M a dit…

Ça fait du bien d'y croire !

Chri a dit…

@ M Le parisien du 18 décembre 2013...

Tom Crist se dit assez fortuné. Tout juste retraité d'une entreprise de matériel électrique, il compte verser l'argent (28 millions d'euros)à la Société canadienne du cancer ainsi qu'à un établissement de santé local, qui a soigné sa femme, emportée par la maladie en février 2012. «Nous avons perdu une femme, une mère, une grand-mère», a-t-il déclaré à Radio Canada. «Je n'ai pas besoin de cet argent pour vivre», a ajouté cet ancien cadre. «J'ai de la chance. Je suis heureux d'avoir gagné l'argent. Et je suis heureux d'être en mesure de le redonner...

Chri a dit…

@ Véronique C'est à cause de vous!

Tilia a dit…

Si Tom Crist est assez fortuné pour ne rien garder, tant mieux pour lui, je comprends sa décision.
Si une telle chance m'arrivait, vu la retraite de misère que je touche, je mettrais des sous de côté. Et j'en donnerais à mes enfants, qui (l'une comme l'autre) sont si mal logés.
Charité bien ordonnée commence par soi-même !

Brigitte a dit…

Un vrai conte qui fait ses comptes et bien !!!
Si je gagnais un jour beaucoup de sous (mais je ne joue jamais) j'en ferais profiter mes enfants et petits-enfants ,mes proches,un peu de cpoté au cas ou et puis le reste à des personnes qui en ont besoin ...Et y'en a !!!

Chri a dit…

@ Tilia et Brigitte
C'est bien le problème de toutes ces loteries qui ne sont là que pour nous faire rêver à ce qu'on ferait SI on gagnait mais elles ne sont pas faites pour qu'on gagne mais bien pour qu'on perde au moins la mise...

Chri a dit…

Et puis de temps en temps, il y a un accident: Quelqu'un gagne, un peu!

véronique a dit…

alors ! j'suis bien contente !

M a dit…

Alors j'ai bien fait ! Je te souhaite de très belles fêtes avec ceux que tu aimes et qui t'aiment à n'en point douter !

Chri a dit…

@ M Lui l'a fait, je ne suis pas certain d'être capable de faire la même chose!!!
Bataille, pour les voeux...

Anonyme a dit…

Un joyeux noel à toi,
Marie

Chri a dit…

@ Marie Merci Marie, à vous zaussi!

Brigitte a dit…

Je le sais bien Chri ,je le sais bien c'est pourquoi je ne joue jamais !!!
Joyeux Noël

Chri a dit…

@ Brigitte Bravo, bien joué...

Nathalie Beaumes a dit…

Le titre colle à l'histoire comme un gant et la chute est épatante. Pour une fois que les héros ne tombent pas en désamour, ça se fête - et ça tombe bien, c'est Noël !!!

Ma version personnelle serait proche de celle de Tilia. A défaut de rembourser des dettes que je n'ai pas, je me payerais une retraite... que je n'ai pas non plus. Trop d'années vécues à l'étranger sans cotiser, trop d'années passées à élever mes enfants sans cotiser non plus, la retraite ne sera meme pas maigre, elle sera squelettique.

Chri a dit…

@ Nathalie Merci pour "épatante"!
Mais toi tu en es encore assez loin de cette squelettique retraite :-)

Chri a dit…

odile.b a dit
Vous contez bien
Monsieur Le Comte
L'en reste quatre
C'est con, tant
Pour s'en laisser conter
On se rend compte
Qu'au bout du compte
Tout ce qui compte
C'est un Noël content
Bonne fin, bon début
Aux petits Zet aux grands
Tous heureux et con-tents

Chri a dit…

@ odile.b
C'est PARFAIT, Odile! :-)

Nathalie Beaumes a dit…

J'espère que tu as passé de belles et chaleureuses fêtes de Noel (peut-être loin dans le nord-est avec un petit gars et une petite libellule ?)

Chri a dit…

@ Nathalie C'est en train mais ce n'est plus là-haut! La petite famille vit désormais en parisienne région et le gars et la libellule sont à tomber à la renverse!

Publications les plus consultées