14 octobre 2012

Pour tout l'hiver.

A la fin du mois d'Août, dans un accès de confiance, oui, je sais on parle très vite d'excès, mais moi c'était bien dans un accès de confiance, j'ai envoyé un manuscrit à une maison d'éditions parisienne. J'ai choisi les Editions du Dilettante. Je ne me suis pas mouché du coude, la première maison d'édition du court. Holder, Serge Joncour, Sylvie Simon, Anna Gavalda et  d'autres. J'aime aussi le format des ouvrages qu'ils publient et les illustrations des couvertures qui en font, toujours, un bel objet.
J'ai reçu la réponse ce jour. Il peut geler. Le mistral peut s'en donner à coeur joie, je n'ai pas besoin de faire rentrer du bois...
Je ne devrais pas avoir froid cet hiver! Un petit mot manuscrit d'une Valérie Thomas du service, justement, des manuscrits. Elle m'écrit:
En privilégiant des nouvelles très courtes vous donnez le sentiment de textes très inaboutis, d’ébauches, ne reposant que sur une situation.
Un manque d’ampleur, de construction narrative, d’enjeux, se fait rapidement sentir.
Sur la forme, l’écriture manque globalement de personnalité et de saveur pour captiver.

Et tchafk! Dans mon gros nez! Je me demande si je n'aurais pas préféré lire une formule du genre: Nous sommes désolés mais votre manuscrit n'entre pas dans le cadre de nos collections.
Aussi, en attendant les premiers froids que, désormais, je n'ai plus à craindre, grâce à mon joli costume tout neuf, je vais m'en aller descendre quelques verres moi.
Et quand j'aurais dessoulé, je leur enverrai un autre recueil. Ou pas.



 Valérie Thomas, cette rose est pour vous...


Je lui ai envoyé ça:

Chère Valérie Thomas,

Je me suis permis, vers la fin du mois d’Aout, de vous faire parvenir un recueil de textes dont je suis le coupable : Une trentaine d’eux.
Le service des manuscrits me l’a retourné, le 1er Octobre avec un petit mot, trois phrases, écrites de votre main qui disaient :

En privilégiant des nouvelles très courtes, vous donnez le sentiment de textes très inaboutis, d’ébauches, ne reposant que sur une situation.
Un manque d’ampleur, de construction narrative, d’enjeux, d’intrigue, se fait rapidement sentir. Sur la forme, l’écriture manque globalement de personnalité et de saveur pour captiver.

Bien sûr, il vaut mieux un mot justifiant qu’une formule toute prête mais rien ne vous empêche d’être un peu plus disons délicate. Enfin, il me semble. Je ne conteste nullement que ces textes ne vous aient pas séduit ni qu’ils aient les défauts que vous leur attribuez. J’aimerais seulement vous écrire, aujourd’hui que les auteurs quelles que soient les qualités de leurs textes sont, aussi, des gens sensibles et que votre motivation de refus pouvait être ressentie comme, pour le moins très tranchante voire blessante. Je pense que rien ne vous oblige à cette dureté. Pas même l’expression de votre vérité.

Respectueusement, et cordialement.
C.C.

PS: En vrai l'enveloppe m'est revenue quelques jours après... J'avais oublié d'écrire l'adresse...


38 commentaires:

M a dit…

La rose (magnifique) n'a qu'un S , elle ! Venue du jardin d'un passionné elle ne manque pas de piquant ...

Brigitte a dit…

Bon ben ça s'est fait et dit ...
Tant pis hein, moi j'aime bien venir lire tes histoires et puis je ne suis pas la seule .
Allez peut-être une autre fois sera la bonne ???
Bon week-end tout de même

Anonyme a dit…

Ben effectivement, elle t'a habillé chaud !
Allez, pour que tu te sentes moins seul, un éditeur m'a un jour écrit "votre regard sur le monde manque d'originalité", et les éditions Harlequin, auxquelles j'avais proposé mes services comme traductrice, m'ont répondu après un essai "manque de qualités littéraires". T'as un verre pour moi ?
Marie.

Anonyme a dit…

La canaille !
je ne peux imaginer que dans ce milieu lettré où l'on sait choisir les mots, une lectrice ne sache pas s'exprimer avec civilité. Je pense donc à de la malignité . Sans jouer la partition du génie méconnu, souvenons-nous que les plus grands de la peinture ont été traités de tartouilleurs, que les 1ères symphonies de Beethoven ont été qualifiées de cacophonie. Un de mes anciens amis a eu son 1er manuscrit accepté,puis tous les autres refusés partout pendant 15 ans,,jusqu'à ce que de nouveau...
Vous avez déjà été publié par Le Monde , Chri !
Ch

Chri a dit…

@ Vous Merci à vous je savais que je pouvais compter dessus pour me le remonter! Elle n'était pas obligé de m'embrasser sur la bouche mais le dire avec un peu de délicatesse?
Marie, j'en sors un! On trinquera puisqu'on a trinqué!
Brigitte Merci!
M La rosse oui genre!
Ch. Merci Mais je vais recommencer!

Tilia a dit…

Le texte que vous avez reçu en réponse est fort mal écrit. Tournure lourde et répétition dans la première phrase, adverbe superflu dans la dernière. Sincèrement, je ne me sentirais pas habillée pour l'hiver avec un costume aussi mal taillé.

Chri a dit…

@ Tilia Merci à vous de votre soutien! Mais même mal taillé, même en grosse laine il est là, le costard!

odile b. a dit…

Anna Gavalda : vous vous souvenez de l’épilogue de "Je voudrais bien que quelqu’un…" ? je viens de le ressortir… Elle est là, sur le trottoir, dans son fauteuil à accoudoirs...
Je hurle, Chri (cri d’indignation) !!! Moi que je viens juste de mettre un mot sur votre précédent billet...
J’ose imaginer de quel bois vous allez vous chauffer, cet hiver, pour transformer cette rougne à laquelle je me joins. Scions scions du bois !!!... J’y crois, je veux y croire… et, pour l’occasion, je vous embrasse.
D’autres que vous, oui, pourront aller se rhabiller ! Qué sera, sera, qui vivra verra !
"Patience, patience.
Patience dans l’azur
chaque atome de silence
est la chance d’un fruit mûr."
C’est Valéry (avec un y = Paul Valéry, le grand) qui l’dit...

Chri a dit…

@ Odile Merci à vous. Je suis requinqué!

Laurence a dit…

Tout ça ne veut rien dire, est tout sauf constructif ! Des critiques balancées comme ça avec autant de méchanceté - car il s'agit bien de ça, me font bel et bien penser que c'est elle qui a eu un excès de confiance en elle. Pour qui se prend-elle ? Des lettres comme ça sont de vrais saccages et me mettent très en colère !!

Jeanmi a dit…

Difficile d'imaginer pendant unenuit torride d'Août où le someil ne vient pas que l'on puisse avoir froid cet hiver...

Chri a dit…

@ Laurence Ce qui me gène le plus c'est qu'elle ne me connait même pas. Si, elle pourrait avoir des raisons d'être méchante mais là?

@ Jeanmi Etes vous bien certain que vous m'adressez ce commentaire?

nathalie, avignon a dit…

Ah on ne dira jamais assez le sentiment jouissif qui étreint les petits chefs à qui on donne un once de puissance. Ah, connaître ce pouvoir d'écraser ! Et le plus fort, l'utiliser avec le prétexte de conseiller ! Méchante, moi? Qu'imaginez-vous jeune homme ? Dans ma grande magninimité je dispense de généreux conseils.

Par mes remarques éclairées, je permets à ceux qui j'ai fait la grâce de les lire de bénéficier de l'immense richesse de mes talents critiques. Soyez heureux, pauvres cancrelats, que j'aie pris le temps de vous dispenser ma sagesse.

Ainsi parlait la rosse V.T. parée de sa robe de dilettante.

Je suis surprise, cher C.C., que vous n'ayez pas senti l'honneur qu'elle vous faisait en vous écrivant de la sorte.

Je vous embrasse, moi qui connais depuis longtemps le bonheur de vous lire.

Chri a dit…

@ Nathalie: Pour le coup, c'est toi qui la vêts!!!
Je me la mange froide!

nathalie, avignon a dit…

J'espère que vous aurez compris le deuxième degré, cher Chri, et que vous aurez su imaginer l'effroyable charpie que j'aurais aimé faire de l'abominable cloporte qui vous a écrit de la sorte.

Chri a dit…

@ Nathalie Oui, oui, j'avais bien compris que c'était du second! Merci pour les bienveillances!!!
Elle, je ne la calcule pas!

Anonyme a dit…

aurait elle répondu à votre ...réponse ?
sourire.

ps. J'imaginais, oui, un truc très très proche, mais que nous habitions le même village, quelle incroyable surprise. oui, je sais, le monde est tout petit. quand même... vertigineux !
Lou

Chri a dit…

@ Lou Je ne trouve votre message qu'aujourd'hui...
Hé bien figurez vous qu'elle ne m'a pas répondu puisque ma lettre est partie mais sans l'adresse que j'avais oublié (tu parles...) d'écrire sur l'enveloppe...
Vous habitez Velleron? Non?

Anonyme a dit…

oui, tous les week ends. je navigue entre le Pradet et le si beau et discret Velleron. J'arrive jeudi, j'éspère que la neige n'aura pas envahi la sorgue...
dommage que vous ayez oublié l'adresse sur votre réponse, elle aurait peut être compris un truc cette malopolie.... on peut rêver.
Lou

BB a dit…

Qui est Valérie Thomas, au-delà du fait qu'elle sévit au Dilettante ? Une question qui mérite d’être posée, non ?
Est-ce elle l’auteur de ce site -> http://www.valeriethomas.fr/ ?
Un « projet d’écriture théâtrale » sur l’hystérie, ça serait assez logique que ce soit elle en effet !
Bref, de mon côté, c’est en tout cas en cherchant à le savoir sur le Web que j’arrive ici et, cher "Chri"…
Je vous espère remis, depuis août 2012…
À partir du moment où l’avis que vous avez reçu de cette V.T. contenait « vous donnez le sentiment », je le trouve presque gentil comparé à celui que j’ai reçu ce week-end.
Pour un recueil de nouvelles aussi.
Et ne serait-ce que parce qu’il est tellement bête qu’il en devient drôle, je le partage avec vous ci-dessous !
(Tout en le commentant brièvement après.)
-----
« Trop occupée que vous êtes à donner un ton réaliste et direct à vos histoires, vous en oubliez de travailler l’écriture. Tout y est fait d’un langage parlé pour être agréable et surtout manquant de crédibilité. Les dialogues restent plats, vos héros n’ont pas de consistance. Impossible de jouer le jeu de vos textes quand tout nous y paraît si faux et artificiel. » Valérie Thomas *
-----
* Je suis trop occupée à donner un ton réaliste pour finir de manquer de crédibilité ? Belle prouesse, peut-être ?
Tout est faux et artificiel ? La plupart des éléments sont autobiographiques, c’est étrange…
Quant à être « trop occupée à donner un ton réaliste et direct » tout en « oubliant de travailler l’écriture », n'est-ce pas un non sens absolu ?

csegas@yahoo.fr a dit…

Bonjour,
C'est en cherchant moi aussi sur le web qui est Valérie Thomas (je suis aussi habillé pour l'hiver) que je suis tombé sur votre site. On devrait peut-être faire un recueil des sentences collectées de Valérie Thomas, et l'envoyer au dilettante, sous pseudo, non ? Pour voir ce qu'elle répondrait...

Chri a dit…

@ Lou; BB;csegas@yahoo.fr
N'étant pas averti des commentaires, je ne lis les vôtres que ce soir 17 Mars!
Lou nous y croiser un jour?
BB Ce serait la même?
csegas je suis d'accord pour les sentences collectées mais pas envoyées sous anonymat!
Peut-être ne mérite-t-elle que notre silence la Valérie!

Cordelia Talvenberg a dit…

Habillé pour l'hiver également, je tombe sur vos commentaires et me sens un peu rassuré.
La première fois, j'avais eu droit à deux-trois petites remarques positives au milieu des commentaires acerbes, mais cette fois-ci, je ne peux pas en dire autant:

"Vous nous proposez un récit très décousu et mal articulé qui s'apparente plutôt à une suite d'anecdotes ne suivant aucune véritable trame romanesque. Malgré une idée de départ plutôt intéressante, vous n'emmenez le lecteur nulle part. Certains développements sont bavards et superficiels, ex: p 60-61: c'est lourd, c'est long... Le style manque de maturité et de profondeur, tout comme le propos qui reste très trivial et futile."

La maturité, la profondeur, la superficialité: autant de mots fourre-tout. Je pense que cette dame a un problème avec les nouvelles, ou du moins la forme romanesque fragmentée, à l'américaine. Comble d'ironie, le premier roman que je leur avais adressé ne contenait très franchement pas de trame romanesque. Celui-ci oui, pourtant.



Cordelia Talvenberg a dit…

Pire, en me promenant sur Facebook (j'ignore s'il s'agit de la Valérie Thomas des photos sur l'hystérie), je découvre avec stupéfaction que VT est née le même jour que moi, et la même année apparemment. J'hésite moi aussi à lui écrire. Une coïncidence pareille, ça ne s'invente pas.

Chri a dit…

@ Cordelia: Bienvenue au club des amis de Valérie...

Nicole C a dit…

Editrice depuis 25 ans, j'ai vu passer pas mal d'énormités. Les commentaires que Valérie Thomas du Dilettante, s'est autorisée à adresser à une amie et écrivain, à propos de son manuscrit, comptent parmi les plus choquants. Comment la dite éditrice ose-t-elle (dans un français plus qu'approximatif...)se montrer aussi insultante! Ce mélange de vanité, de méchanceté et surtout de sottise, n'est pas à l'honneur de l'éditeur qui l'abrite. Je leur suggère donc de la renvoyer à ses travaux sur hystérie (beau sujet) et de cesser de ternir l'image de notre profession. Quant à vous Madame Thomas, votre affligeante médiocrité transparaît si visiblement dans vos propos, que je vous adresse toute ma commisération.

Anonyme a dit…

Bonjour,
J'ai moi même reçu, ce jour, un petit mot charmant de Valérie Thomas qui me dit que mon intrigue ne décolle jamais et que l'ensemble est stérile et sonne désespérément creux...
Alors je suis perplexe, tout ce qu'elle dit est peut être juste mais faut il être aussi violent ?
Je me demande.
A sa décharge, elle ou des lecteurs ont lus le tapuscrit et elle fait l'effort de quelques lignes manuscrites.

Chri a dit…

@ Lecteurs: Il semblerait que les talents de couturière de Valérie Thomas sont connus sur tout le territoire... Qui n'a pas eu droit à son complet?

Chri a dit…

Grand bien lui fasse

Anonyme a dit…

bonjour à tous, je fais également les frais de cette terrible VT.
Si cela peut vous rassurer,elle a été bien plus féroce encore avec moi.Cela dit, je m'en amuse !
D'une écriture malhabile, serrée et s'entendant sur toute la largeur de la page. C'est vrai, les marges servent à quoi ? La mise en page est superflue, nous le savons bien en rédigeant nos manuscrits !
Bref, voici, la charmante réponse :
" L'histoire d'amour entre vos personnages est dépourvue d'originalité et n'émeut pas.
Quant au journal intime de l'enfant, il est bien trop autobiographique et thérapeutique... ( Normal, c'est le cas et je l'avais précisé dans la lettre d'accompagnement)...
En outre, les poèmes en exergue n'évitent pas le ridicule. dans les dialogues vous forcez le naturel en usant de vulgarité
mais ils demeurent peu crédibles... ( Alors le réel n'est pas crédible car il s'agit de retranscriptions exactes de conversations )....
Je trouve votre écriture assez plate. Enfin, vous tombez souvent dans une emphase lyrique assez médiocre..."
ceci accompagné d'extraits choisis pour étayer cette brillante critique.
Une prof de français de zep, n'aurait pas fait mieux :-)
bonne journée à tous.

Aline a dit…

Dingue ! Je rejoins le club des amis de VT, de qui j'ai également reçu une réponse lapidaire :

"c'est au fond d'une histoire assez commune qu'il s'agit. On croirait presque lire un documentaire (...). Trop de détails triviaux font tomber votre texte ans un naturalisme un peu plat (...). Quant à l'humour, il me paraît facile et un peu vulgaire"

De quoi faire baisser les bras au plus motivé des auteurs ! Vos commentaires (Chri, et tous les autres) me rassurent donc : on peut sans doute refuser un manuscrit avec plus de tact...

Merci donc, et bon courage à tous.

Chri a dit…

@ Aline Et Anonyme:

Bienvenue au club des amis de VT!

Karl Strand a dit…

Je viens moi aussi de recevoir une critique de cette Valérie Thomas, critique qui sans être fausse, n'en est pas moins indélicate.
Elle apparait, dans ses remarques, comme un écrivaillon frustré qui aime se défouler à distance sur ceux qui ont le courage d'écrire.
Toujours est-il, ses critiques un peu vagues et contradictoires me font penser que je suis sur la bonne voie ! Je la remercie ici pour m'avoir empli de gratitude de ne pas être elle.

Chri a dit…

@ Karl Bienvenu au club des amis de VT.

CécileCx a dit…

C'est rigolo de voir que nous sommes nombreux à faire partie du club! On pourrait peut-être s'échanger nos textes et se donner des critiques constructives ?? Parce que ce qui choque dans le style de Madame Thomas, c'est son côté cinglant et destructeur...et le paradoxe avec la fin de la lettre où elle nous envoie quand même (mais c'est le formulaire) ses sentiments les meilleurs! Heureusement, que serait-ce sinon?

Je trouve choquant de la part d'une maison d'édition comme "le dilettante" d'émettre ces billets d'humeur aux frais d'écrivains qui, puisque débutants, n'en méritent que plus de respect et d'encouragement!

Mais bon, le principal, c'est de se faire plaisir lors de l'écriture! Alors, amusez-vous bien et bel été!

Chri a dit…

L'Amicale des habillés pour l'hiver compte un membre de plus! Bienvenue CécileCX!
Et vous avez raison, l'important c'est de se faire plaisir lors de l'écriture...

Anonyme a dit…

Bonjour,
Si mon message peut vous consoler, j'ai reçu une critique à peu près aussi agressive, de la même personne dans la même édition, à propos d'un roman que j'avais envoyé.
Quand on écrit, on a besoin de matière, cette lectrice "professionnelle" nous en donne un peu plus !
Solidairement,O.

Chri a dit…

@ O Bonjour à vous, savoir que vous ausi vous vous êtes fait bouler ne me console de rien, vous savez! Je ne suis pas Valérie Thomas!

Publications les plus consultées