29 septembre 2014

Night mer.

Pour les impromptus littéraires. Le thème imposait de raconter une histoire en lien avec la Mer de la Tranquillité.

___ Tucson ! Tucson ! On a un gros blême !
On vient de passer pour la troisième fois au-dessus de notre zone d’alunissage prévue dans l’aire sud FB 3B et nous n’avons rien vu ce que nous devions voir ! On nous avait promis un endroit plat, tranquille, sans vents de sable, une région paisible, sans aucun danger apparent, quasiment déserte, en tous les cas non-habitée et croyez nous sur parole, ce que nous venons d’entre voir ne ressemble pas vraiment à ça ! Des villages, oui, je dis bien des villages, paraissent à feux et à sangs, des hordes de ce qu’il pourrait être des colonnes armées vêtues de noir entassées dans des convois de pickups géants les parcourent en tous sens, ce qu’on pense être des puits de forage brûlent en libérant de denses fumées noires qui montent jusqu’à la hauteur de nos orbites, partout on aperçoit les lueurs violentes de ce qui nous fait penser à des explosions d’une violence incroyable, sur tout ce qui ressemble à des routes on voit des hordes de gens qui fuient ces explosions. On se demande même s’il n’y a pas plusieurs armées qui s’entretueraient au grand malheur, la malchance. Ce qui à l’air d’avoir été des églises ne sont plus que des tas de gravats déniapés, mais ce qu’on peut  prendre pour des mosquées, est du pareil au même. Les centre-ville sont dévastés, les banlieues détruites, les fermes isolées du moins ce qu’il en reste, finit de se consumer, les routes sont défoncées, les ponts écroulés, les immeubles réduits en bouillie, les champs retournés… D’après ce qu’on voit on ne saurait dire qui tire sur qui ou qui défend quoi. On y égorge des types qui aiment la montagne et les oiseaux, on y trucide à la main des femmes et des enfants qui, simplement, étaient là.  Bref, ici, en dessous c’est comme une bataille géante, comme une guerre tous azimuts, en tous les cas un vrai, sacré, foutu, bordel. L'homme c'est la mort de la Tranquillité.
Et figurez vous, Tucson chéri qu’on n’a plus du tout envie de se poser, nous ! Enfin pas dans ces conditions. Nous n’avions pas signé pour ça nous. Nous sommes des astronautes pas des kamikazes. Nous venions, à l’origine, je vous le rappelle pour ramasser des cailloux, pas recevoir ni des balles, ni des obus, ni des missiles. Alors Mon Tucson d’amour, appelez nos avocats, nous avons deux mots à leur dire. En attendant de leur parler, on remonte un peu en altitude et on attend de voir gentiment comment les choses évoluent. Mer de la Tranquillité vous aviez dit ? Mer du Bazar Sans Nom, oui, plutôt… Tucson, Tucson…
___ Bill, réveille-toi, on va passer en phase d’alunissage, tu t’es pas mal agité ! Houston, Houston, Big Bill de Tucson est enfin revenu à nous !
Bill en s’étirant du mieux qu’il peut dans sa combinaison rouge :

___ Ouh ouh ! Gosh j’ai fait un de ces cauchemars, moi ! Imagine, ils allaient nous poser en plein milieu du kurdistan… La trouille que j'ai eue...


6 commentaires:

Tilia a dit…

Mer de quoi ?

Mer d'Azov... la mer de l'Intranquillité :-(

Laurence Chellali a dit…

Un simple rêve ??? Un cauchemar bien réel. Merde alors ...

Chri a dit…

@ Laurence Un cauchemar vrai.

Chri a dit…

@ Tilia Oui, là-bas aussi ça bouge un peu trop...

Anonyme a dit…

Dis moi, on t'a jamais traité de "boute en train", hein ? Je me trompe ?
Marie.

Chri a dit…

@ Marie Ah si, parfois mais les trains renâclaient!

Publications les plus consultées