27 juillet 2013

Au petit matin.


Il m’avait déjà sorti du sommeil vers quatre heures trente, environ. J’avais réussi à me rendormir sans trop de difficultés, mais d’un sommeil plus léger. Pour m’y aider, j’avais allumé la radio. Romain Didier chantait Petit Matin, ça m’avait étonné, on l’entend si rarement... À se demander, les pauvres, quelles saletés ils ont dans les oreilles les gars qui bossent là-dedans... 
Dès les dernières notes j’avais replongé.
C’est vers six heures trente qu’il s’est remis à l’ouvrage. Une quinzaine de fois cinq ou six notes.
Dans une demi conscience, je me suis dit : Tu la voulais la campagne ? Alors de quoi te plains-tu, exactement ? Tu l’as. Il n’empêche que des recettes de coq au vin me sont passées par la tête… Je me suis étiré en repoussant la couette au bout du lit, puis j’ai essayé d’entre voir quel serait le temps de la journée. Nous allions vers du grand beau. Il ne serait pas encore très facile de rester attaché à sa chaise, aujourd’hui. Le mistral qui avait soufflé la veille en se gonflant les joues comme un trompettiste fou était arrivé à ses fins. Le ciel était débarrassé de la chape grise de nuages lourds qui, hier encore, déguisaient l’endroit en Bretagne sud. C’était un ciel de fond d’écran. D’un bleu irréel. Extrêmement bleu. Si tant est que cet adverbe est approprié à une couleur, enfin vous voyez ce que je veux dire ? Il allait faire chaud, aussi, ça se sentait aux odeurs qui sont entrées dans la chambre quand j’ai ouvert la fenêtre. C’était des odeurs mêlées de chèvrefeuille dont la floraison se terminait déjà, de rose et d’herbe humide. Je me suis levé, j’ai mis un peu de temps à le faire à cause de quelques courbatures. Un cadeau de la soirée dernière… J’ai secoué la couette, je me suis entouré les reins d’une serviette de bain bleu marine, je me suis passé les mains sur la tête et le visage comme on défroisse une feuille de papier oublié dans un portefeuille. Mes deux pieds se sont enfilés dans la paire de tongs abandonnée auprès du lit. Ils ont fait ça seuls comme des grands, sans que j’y sois pour rien. Le secret c'est de les éduquer le plus tôt possible. Je suis descendu par l’escalier ... (par quoi d'autre aurai-je pu descendre, je vous le demande?) Je suis arrivé dans la pièce principale. Il y faisait plus frais qu’en haut sous le toit. J'ai maîtrisé un frisson et attrapé un tee-shirt qui traînait sur le dossier du canapé. Je l’ai enfilé. Je m’en fichais pas mal qu’il soit à l’envers et la couture pouvait bien me gêner un peu, il n’était pas question que je recommence la gymnastique dans l’autre sens. Mon épaule droite me faisait encore souffrir surtout dès que j’essayais de la lever un peu. Je suis allé vers la porte fenêtre. Je l’ai ouverte et j’ai poussé les deux battants des volets taupe. J’ai pensé que je les accrocherais plus tard.
Ce matin, ce ne sera pas le vent qui les refermera. Le jour s’est alors installé les deux pieds sur la table basse. Il savait pourtant combien je détestais ça, mais il ne s’est empêché de rien. Je lui ai bien lancé un regard que j’ai voulu le plus noir possible mais il s’en est moqué. "Rigole, rigole, petit jour, on en reparlera ce soir..." j’ai dit dans ma barbe naissante… Avant de passer dans la cuisine, j’ai fait un détour par les toilettes, puis la salle de bains. J’ai mis un bon moment à reconnaître le type dans la glace. Pas de doute, je connaissais ce visage mais ce matin là, je trouvais qu’il avait pris un sacré coup de vieux. Je lui ai passé de l’eau sur le visage et puis je suis revenu à moi. Je suis sorti, vite fait. Après tout s’est, à peu près enchaîné sans que je m'en occupe. C’est comme ça que je me suis retrouvé une tasse de café fumante dans les mains en train de remonter les escaliers. Ces marches étaient quand même plus raides que la moyenne. Surtout en montant. Penser à les mesurer… ou à me laisser pousser les jambes... Je suis entré dans le bureau, j’ai chassé, du revers de la main le jour qui s’était avachi sur les accoudoirs du fauteuil, posé la tasse de café près du clavier. Avant de faire tourner l'ordi, j'ai envoyé la chanson de Romain et la valse de Dvorak est venue s'installer gentiment dans la pièce. Alors, j'ai bu une ou deux gorgées de café et, après la deuxième j’ai senti que j’étais, enfin, en train de me réveiller. Les trois ou quatre notes de la machine ont retenti dans le bureau. J’ai ouvert ma messagerie, viré les quelques spams qui disaient: Viagra, Rollex ou autres conneries. Dans Mes documents, j’ai ouvert Textes en cours, puis "Petit matin" et j’ai commencé à relire ce que j’avais écrit avant de me coucher : « Il m’avait déjà sorti du sommeil vers quatre heures trente, environ. J’avais réussi à me rendormir sans trop de difficultés, mais d’un sommeil plus léger. Pour m’y aider, j’avais allumé la radio… » C’est à cet instant qu’elle est venue derrière moi, perdue dans un seul peignoir blanc bien trop grand pour elle. Elle m’a entouré les épaules de ses bras, elle a posé sa joue contre la mienne, son regard sur l’écran et, après avoir lu, elle a seulement laissé tomber, vaguement moqueuse:

___Ben dis, c'était pas la grande forme, hier! C'’est d’une banalité rare ce que tu as pondu… Tu tiens le diable par la queue ces jours ci… Une panouille ?
Comme je la savais dans le vrai, j’ai eu une forte envie de la gifler, alors, je l’ai attirée vers moi et lui ai déposé dans le cou un baiser d’une tendresse interminable.
J’en ai profité pour lui murmurer à l’oreille, à la fois tendu et souriant :
___ Fais ta maline... Ça va, ça vient… Dis, tu ne t’habilles pas, toi, ce matin ?
Quand elle a quitté la pièce, j'ai lu la citation du jour sur un site rangé dans mes favoris. D'ordinaire, cela n'apportait rien à la journée, mais là, pour une fois tout était raccord:  Ce qui te manque cherche-le dans ce que tu as.
Une belle journée à vivre s'annonçait. Tiendrait-elle, jusqu'au soir, toutes ses promesses ? Ça changerait, pour une fois.
 
Avoir sous les yeux, au réveil, un amour pour vous bousculer et… quelques pages à noircir…






9 commentaires:

Laurence a dit…

Je profite d'une petite fenêtre sur une connexion aléatoire pour te dire que je reviendrai très bientôt lire tes textes dont tu as le secret ! A très très bientôt !!!

Chri a dit…

@ Laurence A bientôt!!!

Anonyme a dit…

Un qui me dit ça, je le pends avec la ceinture de son peignoir. D'ailleurs, il le sait, il évite les commentaires -)
Marie

Chri a dit…

@ Marie Au moins elle lui dit quelque chose, elle!
Tu peux écouter le premier titre de la play list... Ca pourrait te plaire Aujourd'hui ma vie c'est ...

Chri a dit…

PS @ Marie Pas à cause du titre à cause de l'énergie!

Tilia a dit…

Une journée qui commence bien, somme toute.
Dommage que la photo empeste la clope, ça gâche la délicieuse odeur de café ;-)
"Plonger sous le bureau pour allumer l’ordinateur" : il y a longtemps que je ne fais plus ça. Sur les conseils avisés de mon cher et tendre, je me suis décidée à faire de la place sur le bureau pour y placer l'ordi, et même la prise anti-foudre (planquée derrière l'écran). Comme ça, en cas d'orage intempestif je coupe tout sans tarder !
Bonne semaine, Chri, sans courbatures, autant que possible

Chri a dit…

@ Tilia Vous n'avez pas tort, je corrige!

*Terre indienne* a dit…

J'ai beaucoup aimé lire ce texte, voilà tout ce que je voulais dire aujourd'hui. Votre vie reste un mystère, et c'est bien ainsi, votre plume se promène de toutes façons dans des zones différentes que votre réalité. Bonne soirée!

Chri a dit…

@ Terre indienne Merci vraiment... Vous savez j'essaie d'écrire du mieux que je peux alors quand on aime un texte, je suis content... Mais vous avez raison ils se promènent ailleurs que dans ma réalité et heureusement... dans l'ensemble!

Publications les plus consultées