25 septembre 2011

Des cheveux d'ange...

A "Mademoiselle est tendance".

J’avais remarqué son étal l’automne dernier. Et pas seulement parce que je la trouvais jolie.
Elle vendait des objets de décoration pour la maison, des trucs un peu anglais comme on en trouve pas mal par ici pour ces gens qui ont de jolies maisons très brittaniquement babiolées. Dans l'esprit de Béatrix et pas d'Harry: petits lapins blancs dans les verdoyants et pluvieux cottages, mais sans la sauce provençale, c'est à dire bleu lavande, cigales olives et tapenade, et pas comme le commerce de certains autres achetant tout en Chine...
Ce qu'elle proposait, elle, était plutôt dans le registre élégant et raffiné. Des tissus, aussi, de la même veine. Nappes et dessus de lits.
Le dimanche matin, dans le coin c’est marché. Comme dans pas mal d’endroits. Ici, c’est celui de l’Isle, le plus couru de la région surtout par tout ce qui ne parle pas français… Un peu à cause de l'endroit, pas mal à cause des antiquaires. Il faut bien les meubler, les jolis mas retapés. J’y vais tous les dimanches. Soit à pieds quand il fait beau et que je n’ai pas la flemme, soit en moto, en cas de grand soleil et de paresse, soit en bagnole s’il vente ou s'il pleut. Enfin, quelle que soit la météo, j’y vais. Un genre de messe. Je ne communie pas toujours mais j’y suis. Je ne prie pas tous les dimanches mais on m’y voit. Une fois là, je me débrouillais pour passer plusieurs fois devant son stand pas seulement pour ce qu’elle vendait. Aussi et surtout parce qu’elle était drôlement jolie.  C’est ainsi qu’on avait passé l’automne ensemble, elle et moi. A ne se voir qu’une fois par semaine, à ne pas nous parler mais comme ça on ne risquait pas l’excès de fréquentation, comme ça on avait peu de chance de se mésentendre. Je crois même que je ne lui ai jamais rien acheté. Heureusement qu’elle ne comptait pas sur moi pour vivre. Et puis, vers Novembre, je ne l’ai plus vue. Je l’ai cherchée deux ou trois dimanches mais sans la trouver. Je me suis dit qu’elle avait changé de marché, d’endroit, de métier, peut-être qu’elle s’était mise à la colle avec un gentil client et que le dimanche elle restait, maintenant, sagement (hum...) au chaud du lit avec son nouvel amoureux ?
Et puis, vers le début Décembre elle a réapparu. Elle portait sur la tête des turbans de toutes couleurs, très joliment arrangés au-dessus de ses manteaux d’hiver à l’élégance raffinée. Des turbans ou des chapeaux, ou des casquettes ou des bérets, cela dépendait des dimanches. Elle n’avait jamais la tête nue… Un matin de la mi janvier, je me suis approché plus près des son étalage. J’ai vu que ses sourcils aussi avaient foutu le camp. Et je me suis dit que rien n’aurait pu cacher ses cernes, les deux noirs, qu’elle avait sous ses yeux magnifiques et verts, qui creusaient son visage comme deux rigoles tristes. Elle avait l’air défait et las. Et même ce qu’elle vendait semblait plus terne. Alors, pendant de longs mois, je ne l’ai plus revue. Au moins tout l’été. Je l’ai cherchée dans toutes les ruelles, il arrive que les forains n’aient pas toujours le même emplacement. J’ai cherché son étal, si je voyais ses objets, si je la voyais, elle. Mais non, rien pendant des mois. Je n’ai pas voulu penser au pire mais en écrivant cela c’est bien le signe que j’y ai songé…
A chaque dimanche, je faisais deux ou trois tours de ville pour tenter de mettre les yeux sur ses anges de pierre, ses bouquets de lavande, ses nappes mais envolés les anges, fanées les lavandes, pliées les nappes… Je savais désormais pourquoi j’allais faire un tour de marché le dimanche: Revoir la si jolie vendeuse d’anges, celle aux deux beaux yeux verts et aux turbans de couleurs qui cachent une vilaine calvitie de chimio.
Hier, donc, je tournais dans les ruelles. Ce que j’ai aperçu en premier c’était ses angelots. Mon cœur a accéléré d’un coup. Elle me tournait le dos, elle avait le buste penché dans des cartons. Je me suis approché de son étal. Elle s’est relevée et s’est tournée, elle avait la tête nue. D’extraordinaires et merveilleux cheveux bruns très courts, presque ras encadraient son visage lumineux et agrandissaient davantage les deux perles vertes au milieu. Au-dessus d'elles, des sourcils superbes pour les surligner...
Je me suis arrêté net, un trait de larmes a manqué jaillir des petits miens. Je ne crois pas que, de ma vie, une coupe de cheveux ne m’ait procuré autant de bonheur. J’étais bouleversé.
Nous nous serions connus, j'aurais couru vers elle les bras tendus. Je l'aurais embrassée et serrée et nous aurions tourné longtemps en nous regardant les yeux dans les yeux, tout à nous, pleinement vivants, dans la douce tiédeur de ce dimanche matin d'automne ensoleillé.
Elle, elle aurait ri, mais ri… jusqu'aux éclats. D'un rire d'ange... 
D'ange heureux.


7 commentaires:

Lautreje a dit…

comme j'aime cette histoire ! Merci pour l'émotion et la joie !

Nathalie a dit…

Je me souviens de cette histoire - déjà postée il y a un moment, je crois. Très émouvante.

Chri a dit…

@Lautreje Merci...
@Nathalie Oui, mais comme je l'aime bien aussi, je la remontre!

María a dit…

Et quel plaisir qu'elle soit remontée ! Merci pour ces mots plein de fraîcheur, de douceur et d'espoir.

véronique a dit…

une histoire qui se termine bien Chriscot ! c'est bon tellement bon !
j'espère qu'aujourd'hui ses cheveux sont longs, longs
(je suis sûre que c'est une histoire pour de vrai )

Chri a dit…

@Véronique: Ah oui, pour une fois...
@María: Merci à vous...

Chri a dit…

@ Vous: Je l'ai croisée ce matin même au marché de L'Isle, elle ne vendait pas mais se promenait... Avec de beaux cheveux coupés courts... Et toujours ses yeux...

Publications les plus consultées