14 septembre 2012

Il y a quarante sept ans...




Soit quinze mille six cent quatre vingt quinze sommeils ou encore trois cent soixante seize mille six cent quatre vingt heures... 
Je ne vais pas jusqu'aux minutes, je vais mal le supporter!
Alors que, pour la plupart, nous avons passé un an ensemble, un peu plus pour d'autres, à part moi même, je ne suis plus en lien qu'avec deux personnes de cette image...

A la lisière du temps.

Quand on marche le soir à la lisière du temps
il monte soudain une bouffée d'enfance
les cris d'hirondelles folles d'un préau d'école
ou le silence de la barque sur la rivière
à la tombée du jour quand le soleil rase l'eau qui moucheronne
ou bien la sonnette (deux fois) de l'épicerie mercerie
où on achète après l'école des rouleaux de réglisse Zan
qui barbouillent de noir et font les doigts collants
 On tend l'oreille le long du voile de la brume
Quelqu'un parle à voix basse
Sans qu'on puisse reconnaître la voix
et sans comprendre les paroles
les mots chuchotés loin
à l'envers du silence...


Claude Roy.


PS: Celui que j'étais est tout à fait à droite, en bas, au premier rang...

16 commentaires:

Anonyme a dit…

Pas facile de prendre la ligne du rétro ! Sûr un ticket pour le blues!
T'es où ? J'ai du mal à te trouver. Je sais que tu n'aimes pas tellement les sacs à main. Et les longs cheveux j'ai du mal à imaginer aussi. Mais je ne vois pas de chauve sans sac à main.Alors peut-être un certain mouvement d'épaules et une écharpe mal nouée ..?

Roos T'Algie

Chri a dit…

@ Roos Devrait-on ranger ses vieux papiers? C'est pas certain! Une classe de Seconde de 1969-1970... Ca décoiffe n'est-ce-pas?
En cliquant sur l'image, elle s'agrandit, c'est peut-être plus clair ainsi?

brigitte celerier a dit…

aucune photo conservée et sans doute aucune photo prise de mon temps et dans mon couvent (ou encore moins en terminale au lycée Molière) - partie - d'où la surprise quand revient dans des réceptions ou cérémonies toulonnaises, (rarissime) ou des rencontres fortuites que des inconnues me reconnaissent, e pus souvent à cause de la soeur que j'accompagne, et me rappelle des souvenirs qui n'en sont pas
Ma classe de seconde serait de 1956/57 si je ne me trompe (oui 58 en 1ère c'est ça) mes enfants

Tilia a dit…

Remonter le cours du temps. Navigation à l'estime dans un théâtre d'ombres. Comme dans certains rêves, tout est flou. On revoit des visages dont on a parfois oublié les noms. Les dates aussi sont fluctuantes...

Brigitte a dit…

Dame le temps passe et ça ne nous rajeunit pas !!!...
Ah c'est malin de dire un truc aussi banal .
Alors comme je ne te connais pas ,je ne sais pas ou tu es ,mais c'est pas grave .
Bon week-end et bises du jour

Laurence a dit…

En ce qui me concerne, être resté en lien avec 2 personnes connues il y a 42 ans, c'est déjà extraordinaire !! Est-ce bien, est-ce mieux ? Peut-être, je ne sais pas ...

Chri a dit…

@ Laurence Une est la maman de mes deux enfants, ça aide pour les liens!

odile b. a dit…

J'adore ce genre d'exercice : retrouver quelqu'un sur une photo de classe.
Votre maîtresse d'alors avait une de ces paires de gambettes, dites donc ! Avait-elle, au moins, les pieds beaux et à votre goût ?
Vous, mon cher, je n'ai pas l'honneur de vous connaître tel qu'aujourd'hui, mais, sur cette photo-là, vous n'avez pas changé par rapport aux deux que je connais : celle en petite salopette rayée, auprès de Marie ou, des années après, aux côtés de Jeanne... (j'imagine quand même que vous ne portez plus de salopette à rayures pastelles...). Je vous ai repéré tout de suite, sans hésitation ! je pourrais faire une croix (ou plutôt une auréole... :) - pile au bon endroit. Mais chuttt..., je ne dis rien, pac'que faut laisser chercher... :)
On en recausera... Ne donnez pas la réponse tout de suite et lancez un questionnaire pour un vote à un moment précis pour que y ait pas d'triche. Attendez un peu qd même, laissez-moi le temps d'arriver... > je suis sur mon vélo, dans les marais aux oiseaux, une partie de la journée :-))

Qd j'aurai un peu plus de temps, je vous raconterai comment mon homme a retrouvé, pour la première fois, au bout de 50 (cin-quan-te années !!) après la sortie de terminale, 8 de ses potes de collège, 8 sur les 18 qu'ils étaient alors à "Saint Jo" (St Jo, c'était un collège de garçons : pas de mixité, à l'époque !...) C'était une sacrée entreprise, quand même, d'organiser des retrouvailles pour une journée complète sur les lieux-mêmes de l'école, entre des gars qui avaient vécu 7 années de pension ensemble et ne s'étaient ja-mais revus depuis 50 années... Une photo de classe de 6e, une de 3e, une de terminale, c'est tout ce qu'ils avaient en main pour se reconnaître, le jour de leurs retrouvailles ! Une entreprise épique et... "hasardeuse" qui aurait pu leur valoir une crise cardiaque collective !!!
Chuis pas douée en calcul, et les chiffres me fatiguent, mais souvent je regarde ces trois photos et celles prise ce jour-là... Un passé, des parcours, des vécus si différents, lisibles sur les visages...

M a dit…

Comme dit Odile... Pas très difficile !
On prend de ces retours de temps en temps ! Dernièrement j'ai retrouvé des lettres qui m'ont parlé d'un temps que les moins ... Un amoureux qui a suivit le même chemin (enfin un petit bout de chemin) que l'amour de ma vie : les mêmes latitudes, la même voie... Je n'irais pas jusqu'à dire que c'est drôle, mais ça interpelle !

véronique a dit…

heureusement .... il y a FB !

je ne conjugue plus au passé Chriscot ! la page est tournée !
le présent à la rigueur et le futur ... ?

Chri a dit…

@ Odile Oui, vous nous direz?
@ Tilia Merci pour vos "corrections" Je n'ai jamais été très bon en maths!
@ M Vrai vous avez retrouvé?

@ Véronique Le présent, le présent... Déjà passé!

*Terre indienne* a dit…

Les mots de Claude Roy, encore une fois très beaux.
Cette image.... qui fait sourire. Et forcément, je cherche déséspérément Chri. Aimerais tant un visage sur ces lettres.

Et, rien à voir, mais lorsque je veux laisser un com, je suis d'abord renvoyée sur une page de racolage internet, un truc bizarre que je dois désactiver à chaque fois.

jeandler a dit…

Et si chacun est resté en relation avec deux autres camarades, au bout du compte, cela fait un beau nombre de relations... suffit de peu de choses pour (r)établir le contact. mais le désire-t-on ?

Chri a dit…

@ Terre indienne De toutes façons, je ne ressemble plus du tout à ce tout jeune garçon!
Cette intrusion est désagréable, je ne sais pas comment m'en débarrasser.
@Jeandler Vous avez raison sur tout. Si les liens sont cassés c'est par ce qu'ils devaient l'être. Je ne suis pas certain que l'on doive à tout prix les maintenir.
@ M et Odile: Celui que j'étais est bien là où vous l'avez pensé!

odile b. a dit…

Eh bé quoi ?
Ya quelques jours c'était : "il y a quarante deux ans", et voilà qu'aujourd'hui, ça devient... : "il y a quarante TROIS ans"... Ya un truc, là !... Ou vous vous rajeunissez sur la photo ou bien vous prenez un coup de vieux maintenant... ou peut-être l'inverse ?... :) Les chiffres, c'est pas mon fort (et ça s'arrange pas avec l'âge... :D) mais, du coup, me voilà tout embrouillée...
Le temps c'est fluctuant !!!... :D

PS
Just a question :
Comment savez-vous que moi je sais, si, comme vous le dites au-dessus, "vous ne ressemblez plus à ce tout jeune garçon que vous étiez sur cette photo" ???

Chri a dit…

@ Odile Tilia m'a fait remarquer une erreur de date, j'ai corrigé!
Quarante ans après il faudrait une très très bonne crême pour rester le même!
Vous avez écrit: "Je vous ai repéré tout de suite, sans hésitation ! je pourrais faire une croix (ou plutôt une auréole... :) "

Publications les plus consultées